Faire son compost

La ville de Nouméa adopte une politique de diminution des déchets et propose des ateliers gratuits autour du zéro déchet.

Ainsi, nous nous sommes inscrits à la formation compostage : 2h de théorie et une belle participation financière de la ville puisque nous repartons avec notre composteur pour seulement 2000F (16€) !

Pourquoi faire son compost ?

1) Les déchets biodégradables représentent en moyenne 36% de nos ordures ménagères. La pratique du compostage permet d’une part de réduire drastiquement  la quantité de déchets jetés et d’autre part, de produire en amendement naturel pour nourrir le sol de son jardin.

Les déchets organiques vont être transformés par des micro-organismes et petits animaux en un produit comparable à du terreau (humus riche et léger).

2) Les vers de terre adorent se reproduire dans le compost, c'est aussi une belle manière de participer à la biodiversité car une fois ceux ci arrivés à maturité dans votre composteur, vous pourrez les parsemer dans votre jardin !

3) C'est une activité nous permettant de nous rapprocher de la nature, idéale avec les enfants ! Le compost demande un peu de temps, on doit prendre soin de lui pour qu'il prospère :)

Quelques idées reçues :

 "Mon compost va sentir mauvais !" : votre compost n'a pas d'odeur, il ne doit jamais sentir mauvais, si c'est le cas, cela veut dire qu'il n'est pas équilibré !

"Ca va attirer les mouches chez moi !" : idem, si vous apercevez des mouches ou moucherons, cela veut dire que votre compost ne va pas bien, il faut rectifier quelque chose pour l'équilibrer.

"Berk, je ne veux pas remuer les vers !" : les vers, c'est la nature, la nature, c'est la planète, la planète c'est la vie...mettez des gants ;)

"Ca ne sert à rien, je vis en appartement !" : si vous avez un balcon, cela peut suffire pour installer un composteur, le compost vous permettra d'avoir de belles plantes et si vous n'avez pas la main verte, vous aurez au moins contribuer à diminuer vos déchets. Pour les déchets verts, vous en trouverez facilement dans les parcs ! Sinon, optez pour un vermi-composteur.

LES ÉTAPES

 

Nous parlerons ici uniquement du composteur, si vous souhaitez acquérir un vermi-composteur (uniquement pour les déchets de la maison), la démarche est tout à fait différente !

Installation du composteur

Votre composteur doit être installé à l'ombre et dans un espace aéré (pas de grands courants d'air mais il doit pouvoir respirer), à environ 5m de la maison (ce n'est pas obligatoire mais cela évitera aux nuisibles d'entrer chez vous s'il viendrait à aller mal).

Si vous l'installer à même le sol, retourner la terre et nettoyer les mauvaises herbes sinon l'idéal est de le surélever (sur des parpaings par exemple).

De quoi est-il composé ?

Votre composteur doit contenir 3/4 de déchets du jardin et 1/4 de déchets de la maison !

LES DECHETS DU JARDIN 

Les déchets du jardin sont composés de 3/4 de déchets verts (tailles de haies, d'arbres verts etc...qui sont riches en azote) et 1/4 de déchets marrons (feuilles séchées, branchages etc...qui sont riches en carbone) . 

Le composteur est heureux lorsqu'il est équilibré (ni trop d'azote, ni trop de carbone etc...), il faut donc toujours varier les plantes que vous mettrez dedans  (ne pas mettre uniquement la taille de votre haie par exemple). 

CE QU'ON NE MET PAS : les plantes antibactériennes (Nyaouli, Eucalyptus...), celles qui éliminent les autres plantes (gaïac), les résines acides (conifères), les arbres à lait (frangipaniers/papayers/manguiers), les agrumes, les mauvaises herbes et les feuilles malades.

LES DECHETS DE LA MAISON

Les déchets de la maison concernent tout ce qui est organique : les pelures de légumes, les sachets de thé (vous pouvez même laisser les agrafes qui apporteront un peu de fer à votre compost), le marc de café, les cheveux, les ongles, les coquilles d'oeufs...

cela, on ajoute du carbone avec des boites d'oeufs, des rouleaux de papier toilette, des feuilles de papier ou encore de l'essuie tout (s'il n'est pas imbibé de graisse !).

CE QU'ON NE MET PAS : les graisses (huile), les sauces, les protéines animales (viande, poisson, yaourt, fromage), les agrumes, les litières des animaux.

Comment s'en occuper ?

Le composteur nécessite d'être chouchouté une fois par semaine. 

1) On verse les déchets du jardin et de la maison et on mélange bien le tout en faisant de grands gestes pour aérer (les déchets du jardin doivent être coupés en morceaux pour faciliter le mélange).

2) On vérifie l'humidité : un bon compost ne doit être ni trop humide (sinon il pourrit), ni trop sec (sinon les petites bêtes ne viennent pas). Il doit être chaud et vous devez apercevoir différents types d'insectes (des cloportes, des vers etc...)

S'il est trop sec, vous pouvez l'arroser en pluie, s'il est trop humide (après de fortes pluies par exemple), ajouter tous les jours des morceaux de boite d'oeufs pour absorber. Si la météo annonce de fortes pluies, couvrez le d'un tissu épais pour le protéger !

Et ensuite ?

Au bout de trois mois, vous commencerez à voir différentes strates (le compost qui se forme en bas, le mélange grossier au milieu et vos déchets récents sur le dessus).

Au bout de six mois, le compost (formé sur la partie basse) sera prêt à être utilisé !

Si vous l'alimentez toutes les semaines, vous pourrez en récolter de manière très régulière.

ATTENTION : un compost est très riche pour votre terre, si vous souhaitez l'utiliser dans vos plantes ou votre potager, mélanger toujours 3 volumes de terre pour 1 volume de compost. 

A VOUS DE JOUER !

Merci à Fabienne, maître composteur, pour sa formation complète et très accessible !